Thèse de Sandrine Revet
Anthropologie d’une catastrophe. Les coulées de boue de 1999 sur le Littoral Venezuelien.

Revet, Sandrine ( 2006) Anthropologie d’une catastrophe. Les coulées de boue de 1999 sur le Littoral Central vénézuélien . Thèse de doctorat en anthropologie, soutenue le 13 décembre 2006 à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine (IHEAL / Paris III – Sorbonne nouvelle), sous la direction de Michel Agier.

Le 15 décembre 1999, de puissantes coulées de boue s’abattent sur le Littoral vénézuélien, détruisant une grande partie des infrastructures de l’Etat de Vargas et tuant de nombreuses personnes. L’analyse de la façon dont cet événement est vécu, pris en charge, raconté et interprété permet de mettre en lumière toute la complexité de la société vénézuélienne contemporaine. La catastrophe est d’abord resituée dans le long terme grâce à une histoire des désastres « naturels » sur le Littoral. Puis un essai d’ethnographie du désastre dégage trois moments de l’urgence –la survie, les secours, l’assistance- et les différents niveaux de réponses qui s’y déploient, notamment la confrontation entre acteurs humanitaires et « sinistrés ». La troisième partie analyse comment la catastrophe est « dénouée », à la fois pratiquement et symboliquement. Elle révèle les tensions politiques autour de la reconstruction, ainsi que les différents scénarios qui permettent de donner un sens à la catastrophe –religieux, naturaliste, risque.

Mots-clés : Catastrophe « naturelle », Venezuela, Vargas, humanitaire, sinistrés, Modernité, morts, urbanisation, risque, événement, reconstruction, urgence.

Anthropology of a disaster.
The 1999 mudslides on the Venezuelan shore

On December 15, 1999, powerful landslides beat down onto the Venezuelan coast, destroying a large part of the State of Vargas’s infrastructure and killing numerous peoples. The analysis of how this event is lived, taken into care, related and interpreted enables to highlight the whole complexity of contemporary Venezuelan society. The disaster is firstly analyzed within the long term history of “natural” disasters on the Littoral. Then, an ethnography essay of the disaster brings out three moments of the urgency - the survival, the rescue operations and the assistance - and the different levels of responses that are displayed, in particular the confrontation between humanitarian actors and “disaster victims”. The third part analyzes how the disaster is untangled, both practically and symbolically. It reveals the political tensions around the reconstruction, as well as the different scenarios that allow giving a meaning to the disaster - religious, naturalist, risk.

Key words : “Natural” disaster, Venezuela, Vargas, humanitarian, disaster victims, Modernity, fatalities, urbanization, risk, event, reconstruction, urgency.

Documents joints