Qui l’eût cru(e) ? Si le Rhône m’était conté.

Le travail du photographe David Desaleux et du sociologue Jérôme Huguet qui est exposé de septembre à novembre 2009 dans cinq communes du linéaire rhodanien, repose sur une articulation subtile entre le travail d’enquête sociologique conduit à partir d’entretiens et la prise de vue photographique en deux grandes séries de portraits et de paysages. Ce binôme propose ainsi une exposition de photographies sonores, alliant au portrait des personnes concernées par le fleuve leurs témoignages. Le travail, élaboré en réponse à une commande institutionnelle sur la question de la sensibilisation aux risques d’inondations du Rhône, va au-delà en apportant un éclairage plus large sur les multiples rapports entretenus avec le fleuve : gestion technique, expérience des crues anciennes, espace naturel, lieu récréatif, itinéraire de navigation, territoire de recherche, mais aussi source d’un imaginaire particulier lié au fleuve. Sur le plan méthodologique, ce qui est remarquable, c’est bien la complémentarité entre le texte sociologique et les prises de vue photographiques : l’image ne vient pas illustrer le texte, pas plus que ce dernier n’est là pour commenter les images. Les deux supports propose deux entrées et finalement deux regards distincts sur les rapports à l’environnement qui relèvent d’ailleurs autant d’une appréhension sensible que de l’élaboration d’un discours.

Enfin, dernier élément de cette recherche approfondie sur les relations entre matériau sociologique et image photographique, les auteurs proposent des « images d’imaginaires » qui exploitent les possibilités du photomontage pour créer des images traduisant l’imaginaire que les interviewés expriment au cours des entretiens.
L’ensemble du travail est accessible sur le site Internet.