Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe

Langumier Julien, 2008, Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe. Préface de Françoise Zonabend, ENS Editions, Lyon.

13 novembre 1999 : le village de Cuxac-d’Aude est touché par les
inondations de l’Aude. Alors que cinq victimes sont dénombrées et
que plus de quatre-vingt pour cent de la commune est sinistrée,
l’intense médiatisation ainsi que la mobilisation des responsables
institutionnels font de Cuxac-d’Aude un des villages martyrs de la
catastrophe.
Dans l’ombre des discours experts et des mises en récit
médiatiques, l’enquête ethnographique menée ici éclaire, deux ans
après l’inondation, ce qui fait événement localement. Les pratiques
de témoignages, les recherches d’explication et les manifestations
de la mémoire collective rendent compte de la manière dont la
société locale se saisit de la tragédie.
En s’intéressant à la fois aux sinistrés et aux gestionnaires,
aux récits et aux pratiques, cet ouvrage explicite les logiques des
actions à l’oeuvre sur un territoire sinistré. À travers une catastrophe
naturelle contemporaine, il aborde ce qui constituera sans doute un
des traits du quotidien de demain marqué par le réchauffement
climatique et la répétition chronique d’événements extrêmes.

SOMMAIRE

Préface — Françoise Zonabend
Introduction

PREMIÈRE PARTIE – L’ÉVÉNEMENT-RÉCIT ET LES PRATIQUES DE TÉMOIGNAGES

Chapitre 1 – Les récits de la catastrophe

Chapitre 2 – Du sinistre aux sinistrés

DEUXIÈME PARTIE – L’ÉVÉNEMENT-CAUSE ET LA LOGIQUE DE L’ACCUSATION

Chapitre 3 – Les habitants en quête d’explication

Chapitre 4 – Les gestionnaires face à la catastrophe

Chapitre 5 – La compréhension gratuite de l’enquêteur

TROISIÈME PARTIE – L’ÉVÉNEMENT-MÉMOIRE ET LES RESSOURCES IDENTITAIRES

Chapitre 6 – Gestes, paroles et souvenirs : le danger au quotidien

Chapitre 7 – La réévaluation des relations entre « anciens » et « nouveaux »

Conclusion : Appréhender la catastrophe en ethnologie

Bibliographie

Documents joints